The Dew Breaker (Le briseur de rosée) - Edwidge Danticat


Le briseur de rosée est un homme tranquille, un mari et un père, un barbier travailleur, un gentil propriétaire pour les hommes qui vivent dans l'appartement au sous-sol de sa maison de Brooklyn. Mais sous la surface de cette paisible existence américaine se cache une dangereuse vérité: les crimes barbares qu'il a commis dans son pays d'origine, Haiti.
Alors que son histoire se dévoile, nous entrons dans les vies qui gravitent autour de lui. Et dans le passé du briseur de rosée, nous assistons à son dernier acte de violence, et à sa première rencontre avec la femme qui va lui offrir une forme de rédemption qui va le changer pour toujours.


Editions : Abacus, 2004
Langue : anglais     Pages : 207




Aujourd'hui je vous présente un livre que j'ai découvert il y a deux ans déjà mais que j'ai ressorti récemment pour l'un de mes travaux universitaires. Comme je l'ai lu en langue originale, je vous mets ici le lien de la version anglaise de ma chronique.

Je préfère vous le dire d'entrée, j'ai été bouleversée par ce roman. Pour moi c'est un véritable coup de ♥ !


Edwidge Danticat a structuré son roman comme une série de nouvelles centrées sur des personnages au premier abord totalement étrangers les uns des autres. Mais en avançant dans la lecture, des liens se tissent et on découvre que tous les protagonistes ont un rapport avec le briseur de rosée, Bienaimé. Chaque chapitre ajoute donc sa pierre à l'édifice de l'histoire de ce personnage. 

Par cette construction, l'auteure nous plonge dans le destin de ces hommes et femmes qui ont fuit l'horreur du passé haitien, c'est-à-dire la dictature imposée par le régime Duvalier. Exilés aux Etats-Unis, chacun d'entre eux essaie de se reconstruire une vie et de surmonter son traumatisme. Exilé lui aussi, Bienaimé est, en fait, un ancien officier et bourreau du dictateur qui a longtemps torturé ses concitoyens. Mais, repenti, il essaie lui aussi de se recréer une vie normale, loin de la violence.


Le personnage qui m'a le plus ému est celui de Ka, la fille du briseur de rosée. Paralysés par l'horreur de leur passé et la honte, ses parents ne lui apprennent rien sur son pays d'origine. Ce manque l'empêche de se construire une identité. Elle se sent entre deux mondes (les Etats-Unis où elle est née et Haiti) et est incapable de se définir. Pour y remédier, elle essaie de comprendre son père, qu'elle croit être une victime. Ka est une artiste et elle crée une sculpture représentant son père en prison. Cette oeuvre bouleverse Bienaimé parce qu'elle incarne le mensonge de sa vie tout en reflétant brutalement son incapacité à se libérer des chaînes de son passé. Par son art, Ka parvient à profondément changer son père puisqu'il décide finalement de faire face à son passé, plutôt que de l'occulter. Ka est donc une femme forte, qui se fraie elle-même son chemin dans le monde, sans l'aide de quiconque. 

Edwidge Danticat soulève une problématique actuelle et elle le fait avec finesse et franchise. En montrant le destin d'un ancien bourreau, elle souligne le fait que les victimes de Duvalier peuvent être aussi des partisans du régime. L'auteure haitienne met aussi en évidence le fait que malgré le travail long et pénible qu'exige le dépassement d'un tel traumatisme, la génération suivante peut être maître de son destin. 

Sa plume ne manque pas non plus de poésie. Je pense en particulier à cette femme, qui, après avoir échappé à son bourreau, s'exile pour devenir couturière de robe de mariée pour ses concitoyennes aux Etats-Unis. Après l'horreur de la guerre, elle veut leur offrir du rêve et de l'amour. C'est un véritable message d'espoir

Je vous recommande vivement de lire ce roman très actuel et honnête, qui donne envie d'en apprendre plus sur le destin des Haitiens. Il a remué quelque chose en moi et je suis passée par un panel d'émotions très différentes les unes des autres : l'horreur, l'indignation, la tristesse, le désespoir, l'empathie, la détermination et finalement, l'espoir...

You May Also Like

0 commentaires